Serendip 2.0… loading, please wait

Bonjour à toi! … oui oui, à TOI !!!

Ouf, le site internet de l’Oasis remarche de nouveau, ce n’est pas trop tôt! Comme tu l’avais peut-être remarqué, toi qui nous suis pas à pas, ces derniers temps notre Oasis s’est débattue avec des pirates cybernétiques ! Tout est rentré dans l’ordre et nous sommes bien contents de publier notre Caravane. Nous revenons donc sur le net, après un été très chargé, physiquement et humainement.

Des travaux, de belles rencontres, la vie rythmée par de beaux moments partagés en chantier ou autour de grandes tablées.

Des divergences, des silences pesants, des quiproquos, et des séparations.

L’Oasis vit sa vie, pas aussi tranquille qu’on pourrait l’espérer, surtout en cette phase de démarrage. On observe, on accueille.

On se rappelle qu’il y a deux ans tout juste, le projet était au stade embryonnaire de site Internet et Sam et Jess commençaient à évoquer l’idée d’une forêt comestible dans les médias. Aujourd’hui : il y a une équipe et il y a un lieu, l’Oasis n’est plus un projet, c’est une réalité qui prend vie. Il y a tellement à faire, à vivre ! La forêt comestible est lancée. Le lieu commence à accueillir des enfants des environs pour des temps d’éveil à la nature et de coopération, autour du grand Jean-Guy, notre intervenant jardinier-pédagogique. Le jardin de plantes aromatiques et médicinales en forme de mandala géant rêvé par Marjorie prend corps, butte après butte, dans une exigence d’harmonie, de recueillement, de reliance. Des dizaines de personnes sont venues vivre une formation, cuisiner ensemble, débroussailler, méditer à l’ombre du grand chêne. Apporter leur petite graine, partager de leur humanité. Nous prenons petit à petit possession des parcelles, nous savons bien que le travail engagé ne portera ses fruits que dans plusieurs années.

dsc_8180

En attendant, on grandit.

Nous étudions chaque jour les différentes possibilités qui s’offrent à nous. Où placer les aires de compostage, les jardins maraîchers ?… Comment équilibrer les apports financiers et humains des habitants et des travailleurs de l’Oasis ? Comment pérenniser un mode de fonctionnement collectif? Observation, étude des milieux, des usages. La permaculture est un outil précieux pour prendre le temps et aménager durablement l’écosystème de Serendip.

Et pourtant, une nouvelle course s’est engagée. Une contrainte temporelle que nous n’avions pas prévue.

Plusieurs des familles ayant contribué à l’achat de l’Oasis ont souhaité retirer leurs fonds, bien plus tôt que prévu, au 31 décembre 2016. Ce faisant, elles nous ont prouvé l’intérêt de ré-étudier et consolider les contrats de prêts qui unissent les particuliers au projet. Pour autant, nous sommes dans une incertitude très inconfortable. Comment re-trouver, en 3 mois, une somme qu’il nous faudrait sans doute un an à rassembler ? (300 000 euros, au bas mot)

Nous pourrions tout arrêter, aujourd’hui. Mettre l’Oasis en vente, et essayer de sauver les meubles. Cher lecteur, je n’écris pas ça pour faire pleurer dans les chaumières, c’est bien la réalité de ce que nous vivons.

Ou alors, nous pourrions mettre nos compétences en oeuvre, dans l’urgence, certes, mais intelligemment. Notre manière de communiquer ce que nous vivons (quand les piratages internet et les Freebox court-circuitées par les orages nous laissent le faire) est une force sur laquelle nous pouvons compter.

On nous a parfois reproché d’avoir une communication trop lisse, ou que le projet semblait trop beau pour être honnête sur Internet. Aujourd’hui est une bonne occasion d’être authentique, de vous partager nos doutes, mais aussi notre détermination à faire de notre mieux pour que cette  aventure collective continue, et ne s’arrête pas au 31 décembre. Avec une certitude, et un message très clair : on n’y arrivera pas tous seuls !

Alors, on compte sur vous ?

Nous recherchons dès aujourd’hui de nouvelles familles partantes pour prêter à la SCI une somme complémentaire pouvant aller de 1 000€ à 50 000€ pour sécuriser le lieu et débuter sa rénovation. Du 24 septembre au 17 décembre 2016, nous animerons une série de soirées de soutien au projet dans différentes villes de France.

Si vous souhaitez devenir partenaire-prêteur, organiser une soirée de présentation chez vous ou si vous avez des questions, vous savez comment nous contacter !

Et pour finir,  bonne rentrée à vous, loin de tout ou sur les chapeaux de roue !!

Accueillir l’équipe de l’Oasis de Serendip près de chez vous !

A partir du 24 septembre prochain, l’équipe de l’Oasis de Serendip se lance dans une série de soirées festives aux quatre coins de la France ! Au programme : un voyage d’immersion dans la réalité d’une Oasis en construction, le tout ponctué d’interludes musicaux à la sauce sérendipienne !

Ce cocktail vous intéresse ? Vous (ou votre association) disposez d’un salon, d’une salle ou connaissez un lieu pouvant accueillir une vingtaine de personnes et vous souhaitez organiser une soirée avec l’équipe de l’Oasis ? N’hésitez pas à nous appeler dès aujourd’hui afin de trouver une date et de construire le programme !

carte-de-france-avec-point-interrogationNous recherchons particulièrement :

  • Des personnes sur Lyon, Grenoble, Marseille, Montpellier, Lille, Strasbourg,  pour l’organisation d’une tournée nationale au mois d’octobre 😉
  • Des personnes sur Paris (ah, Paris!) ou la région parisienne pour l’organisation d’une soirée aux alentours du 3 novembre.
  • … et toute autre proposition ! On est open free, contactez-nous !
couv-fb-transition-citoyenne-1

Le 24 septembre, embarquez avec nous dans la transition citoyenne !

A l’occasion de la 3ème édition de la Journée de la Transition Citoyenne, l’Oasis de Serendip vous invite à une journée festive sur le thème :

« Transition citoyenne : les solutions existent déjà : à moi de faire le premier pas ! »

Le 24 septembre prochain, c’est la 3e édition de la Journée de la Transition. Dans toute la France, des centaines d’évènements nous donnent les clés pour que nous fassions nos premiers pas pour la Transition.

Pour manger plus sainement, apprendre dans la bienveillance, vivre ensemble plus démocratiquement, vivre en harmonie avec notre environnement, placer notre argent autrement, il n’y a plus qu’un pas : le tien, le mien, le nôtre.

A Eurre, dans la Drôme, un collectif citoyen s’est engagé depuis deux ans dans la construction d’un véritable laboratoire de la transition : permaculture, éducation bienveillante, tourisme responsable, habitat participatif… le tout rassemblé dans un lieu de 11,5ha de nature acheté en novembre 2015 par une association grâce… à des prêts citoyens !

Vous souhaitez en savoir plus ? Découvrir l’Oasis de Serendip et vous engager à nos côtés ? N’hésitez pas à venir nous rejoindre samedi 24 septembre, de 10h à 17h.

La journée se déroule en deux temps, et sur deux lieux différents :

  • De 10h à 12h, à la salle de la mairie d’Eurre : Assemblée Générale de l’association L’Oasis de Serendip. Ouvert à tous. Merci de nous informer de votre présence.
  • A partir de 12h30 à l’Oasis de Serendip : repas partagé sous la forme d’une auberge espagnole, suivi d’une visite collective du lieu. Ouvert à tous. Entrée libre.

Plus d’infos sur la journée de la transition : http://www.journeetransition.org/

Fanylo et Chansac en pleine tambouille :)

La sélection de photos de l’été

Voici quelques photos pour vous raconter un peu notre été :

Un été convivial et productif !

C’est le premier été vécu à l’Oasis de Serendip.
Barbecues, feux de camp et surtout travail collectif au quotidien.

Les deux mois passés nous ont permis d’accueillir amis et bénévoles venus de toute la France, et même des Pays-Bas.
Chacun a mis au service du projet ses compétences, ses bras et sa bonne humeur.

Un grand merci à Yorric et Sandra, Hélène, Nico, Cerise et Eliott, Anne-So, Max, Mathieu et Clément, Elodie, Daniel et Dorian, Willemijn, de passage durant l’été, et qui n’ont pas compté leurs heures et leurs gouttes de sueur ! Un merci particulier à Julien notre stagiaire pendant 3 semaines.
Evelyne nous a régalés de ses petits plats bio et locaux !

De notre équipe, Mélanie, Fanylo, Jean-Guy, Chan Sac, Lolie, Coralie, Samuel, Jessica, Cyril et Elodie, Sylvie, Renate étaient là, quelques jours, ou tout l’été !

Concevoir et planter le verger de demain

Les vergers actuels, même en agriculture biologique, ne sont pas tellement satisfaisants. Il faut dire que plusieurs facteurs concourent à rendre le métier d’arboriculteur bio à peu près impossible : il s’agit de produire des fruits de gros calibre et sans défaut (et si possible, savoureux!), issus de variétés très souvent inadaptées aux conditions locales, en s’interdisant les substances trop nocives pour l’humain et l’environnement, sans compter l’émergence périodique de redoutables ravageurs plus ou moins exotiques… le tout en gardant des coûts de production les plus bas possibles ! Certains techniciens n’hésitent pas à parler d’« impasse technique » à propos, par exemple, des pêches et abricots bio dans certaines zones de production.

Quelques personnes et groupes de recherche mènent des études sur la façon de sortir de cette ornière. Inspirés par ces travaux (notamment ceux d’Evelyne Leterme au Conservatoire Végétal d’Aquitaine, de Sylvaine Simon à l’INRA de Gotheron, etc.), nous cherchons à concevoir et développer à l’Oasis de Serendip un verger à « très bas intrants », c’est-à-dire qui ne dépende que peu des apports extérieurs en termes d’irrigation, fertilisation, protection phytosanitaire, énergie fossile, etc.

Haie fruitière du Conservatoire végétal d'Aquitaine
(E.Leterme – CVRA) – Haie fruitière du Conservatoire végétal d’Aquitaine

Concrètement, il s’agit de replacer l’arbre fruitier au sein d’un écosystème qui lui soit favorable. L’idée est que la biodiversité est un vrai facteur de protection des arbres et de fertilité des sols, et de tout faire par conséquent pour l’inviter au verger. Dans ce but, différents arbres sont plantés entre les fruitiers proprement dits, lesquels se développent sans contrainte alors que les premiers sont maintenus à une taille plus faible. Une « haie fruitière » est ainsi créée, qui héberge et nourrit tout une cohorte d’êtres vivants qui se régulent entre eux, et évitent les pullulations excessives d’un type de ravageur.

rancho-san-ricardo-10-petitL’implantation d’arbres est, en elle-même, un moyen d’infiltrer et de stocker l’eau dans le sol, induisant la restauration de sa fertilité. Mais une conception intelligente de l’espace doit permettre d’optimiser l’utilisation de la moindre goutte d’eau tombée du ciel, en créant des micro-cycles locaux de circulation de l’eau. C’est ce à quoi nous nous attachons actuellement, en se basant sur les principes et techniques de la permaculture : travail sur les lignes de niveau et « keylines », afin de positionner judicieusement les canaux, retenues, drains, etc. qui permettront de réduire la dépendance du verger vis-à-vis de l’apport d’eau extérieur.

Enfin, le choix du « matériel végétal » reste déterminant : nous implanterons des porte-greffe assez vigoureux, ce qui induit une mise à fruit plus lente et des arbres qui peuvent devenir très grands !… mais permet par ailleurs un enracinement plus puissant, et une moindre susceptibilité aux maladies et ravageurs. Autant que possible, choisir des espèces et variétés adaptées au sol et au climat est également un gage de réussite. Mais on peut aussi, marginalement, envisager de générer des « micro-climats » pour cultiver des fruits « exotiques » !

cueillette_13-07-2011centreLe parti-pris est de créer un verger très diversifié, pour récolter et vendre localement une grande variété de fruits tout au long de la saison, en faisant le pari de trouver une clientèle locale fidèle, voire de proposer une sorte de partenariat avec un groupe de consommateurs.

Mais nous n’en sommes pas encore là ! Pour l’instant, nous allons planter un premier échantillon d’arbres cet automne, afin d’identifier les principales difficultés, et d’aborder sereinement un chantier plus conséquent l’an prochain. En parallèle, pousse à l’Oasis la « forêt comestible », à visée essentiellement pédagogique et expérimentale. Deux projets complémentaires, qui cherchent à renouer avec l’arbre, la forêt, le fruit, merveilleux cadeau des végétaux à destination des animaux !